Pour mobiliser plutôt que régner

Patrick dirige une entreprise depuis une quinzaine d’années. Déjà, avant la pandémie, il me confiait se sentir complètement dépassé. Il n’arrivait plus à retenir ses bons employés, il avait de la difficulté à remplacer ceux qui partaient et ceux qui restaient semblaient n’avoir que des demandes et peu à offrir. Il était vaguement nostalgique de l’époque où il recevait une tonne de candidatures dès qu’un poste s’ouvrait dans son entreprise et où la menace du chômage gérait une bonne partie de ses ressources humaines!

Est-ce que la rémunération ne suffit plus? Est-ce que la satisfaction inhérente à bien faire son travail n’est plus assez? Les travailleurs ne devraient-ils pas se montrer reconnaissants de pouvoir occuper un poste? Vous avez deviné que la réponse à toutes ces questions est NON! Si le travail des gestionnaires s’est complexifié, il peut néanmoins s’avérer plus gratifiant.

Bon, c’est quoi cette affaire-là? me demande Patrick, sceptique, alors que je lui propose de travailler sur la mobilisation de son équipe. Il s’agit de toutes les capacités, les énergies et les actions de la majorité des employés qui sont dirigées vers un objectif commun, au service de l’organisation. Ce n’est pas de la motivation, ça? Non, la motivation est plutôt individuelle, il s’agit des éléments internes (plaisir ou intérêt par exemple) ou externes (récompense ou punition) qui amènent un individu à accomplir quelque chose. Ce n’est pas de l’engagement, ça? Non, l’engagement fait référence à l’état d’esprit, l’énergie et l’investissement émotionnel avec lequel l’employé exécute ses tâches. Mais tu auras compris, Patrick, que la motivation et l’engagement sont préalables à la mobilisation.

Comme plusieurs employeurs, Patrick se demande où il prendra le temps de déployer des actions mobilisantes et combien ça va lui coûter tout ça!

Je le rassure en l’informant que la mobilisation ne lui servira pas qu’à fidéliser son personnel, quoique ce serait déjà beaucoup. Ses employés deviendront également ses meilleurs ambassadeurs quand il sera temps de recruter et d’intégrer un nouveau membre dans son équipe. Il observera sans doute une réduction de l’absentéisme, une efficacité accrue, une meilleure qualité de ses produits ou de ses services ainsi qu’une satisfaction augmentée de la clientèle, ce qui accroîtra la notoriété et le rayonnement de son entreprise! En plus, il bénéficiera du meilleur de ses collègues ce qui contribuera à le délester d’une partie du poids qu’il porte.

Je vais te donner quelques trucs que tu pourrais immédiatement mettre en pratique, Patrick. Ce ne sera pas très difficile parce que je suis certaine que tu fais déjà beaucoup de choses pour ton équipe.

D’abord, sois présent et écoute. Prends le temps de bien connaître chaque personne. Qui elle est, son âge, son origine culturelle, ses forces, ses défis, ses besoins. Quand tu t’adresseras à elle, tu pourras le faire d’une manière plus efficace. Quand tu voudras mettre en place une mesure fidélisante, tu choisiras celle qui aura le plus grand impact.

Maintenant, partage ta vision, tes valeurs et tes objectifs pour ton entreprise. Permets à ton équipe de les incarner, de les amener plus loin. Sollicite ses idées, sa participation, permets-lui de participer concrètement à tes succès. Mets à profit ses compétences et son expérience. Et surtout, reconnais et apprécie sa contribution.

Prends soin de toi, Patrick. Le travail de gestionnaire est très exigeant et tu dois être au meilleur de ta forme pour être à l’écoute, prendre les bonnes décisions et bien les communiquer. Parfois, il est important de demander du support. Il y a des ressources qui peuvent te soutenir dans tes défis de main d’œuvre, je t’invite à les consulter. L’important, c’est que ton entreprise continue à prospérer pour le bénéfice de tous!

Chantal Morasse
Directrice générale associée
Espace carrière
450 771-4500, poste 225
[email protected]

©2021 Espace carrière. Tous droits réservés. Voyou — Performance créative | Agence de publicité